Skip to content

Thé Darjeeling
 

Le thé noir Darjeeling est l’un des thés les plus réputés au monde. Cultivé en Inde, sur les contreforts de l’Himalaya, il est récolté à la main et transformé en suivant une méthode traditionnelle. Le thé Darjeeling développe des parfums d’une finesse exceptionnelle, en particulier sa fameuse note de muscat.


L’histoire du thé Darjeeling
 

Au XIXe siècle, la Chine était quasiment le seul producteur mondial de thé. À partir de 1856, pour lutter contre ce monopole, les Britanniques décidèrent de profiter de leur implantation en Inde pour y introduire la culture du théier, d’abord dans la région de Darjeeling (le « pays des orages »), dans l’État du Bengale-Occidental (capitale : Calcutta), au pied de l’Himalaya.

Les théiers cultivés dans cette région donnèrent une boisson si délicieuse que sa réputation se répandit bientôt sur les marchés mondiaux du thé.

En effet, le sol y est très fertile tout en offrant un bon drainage grâce à ses reliefs escarpés. L’ensoleillement et les pluies se succèdent de manière à offrir un climat exceptionnellement favorable au théier.

Pour protéger ces thés Darjeeling de qualité supérieure et lutter contre la contrefaçon, l’Inde a créé en 1983 un logo garantissant le respect d’un cahier des charges très strict sur leur culture. Il est reconnu depuis 2011 par l’Union européenne comme IGP (Indication géographique protégée).
 

La culture du thé Darjeeling

L’IGP ne reconnaît que 87 « jardins de thés » répartis dans la région de Darjeeling entre 750 et 2 300 mètres d’altitude. Comme dans le cas du champagne, le périmètre de culture du thé Darjeeling a été délimité de manière définitive et ne peut être élargi.

La cueillette se fait dans des conditions délicates : le terrain est accidenté, les feuilles sont sélectionnées avec beaucoup de soin et cueillies par groupes de deux feuilles plus un bourgeon, ce qui explique qu’un plant de théiers ne puisse produire que 100 grammes de thé prêt à la vente par an. Il faut 22 000 jeunes pousses pour obtenir un kilo de thé. En tout, 10 000 tonnes de vrai thé noir Darjeeling IGP sont produites chaque année.
 

Comment choisir un thé Darjeeling ?

Pour avoir une idée de la qualité du thé que vous achetez, vous pouvez regarder la classification normalement indiquée sur l’emballage.


Récolte du thé Darjeeling : à chaque cueillette sa saveur particulière

Le thé noir Darjeeling a la particularité d’être récolté quatre fois par an. Ces quatre récoltes donnent chacune un thé aux caractéristiques visuelles et gustatives différentes.

  • En mars-avril a lieu la cueillette du printemps (First Flush), la plus prisée. C’est le thé Darjeeling de printemps. Bien que produit en quantité réduite, ce thé représente environ 1/3 du chiffre d’affaires pour le thé Darjeeling. Ses feuilles vert vif donnent une boisson de couleur claire légèrement astringente aux arômes floraux, exhalant déjà cette note de muscat frais qui fait toute l’originalité du thé noir Darjeeling.
  • Une deuxième récolte a lieu entre mai et juin. Très appréciée, elle fournit des feuilles plus rouges et un thé orangé suave, aux arômes fruités plus prononcés, notamment celui du muscat bien mûr.
  • Entre juillet et septembre, on fait parfois une seconde récolte d’été, au goût plus corsé et subtilement boisé.
  • La récolte d’automne a lieu entre octobre et novembre. Ses feuilles dorées au parfum frais donnent un thé de couleur cuivrée, et aux saveurs épicées.
     


Quelles sont les étapes de transformation des feuilles de thé ?

Le thé noir Darjeeling est traité avec délicatesse selon la méthode dite « orthodoxe », donnant des feuilles souvent vendues en vrac, par opposition à la méthode CTC qui consiste en un broyage mécanique des feuilles ainsi adaptées à la mise en sachets.

Au contraire, le thé Darjeeling subit les quatre étapes traditionnelles anciennes de la transformation du thé.

  • Le flétrissage : c’est un séchage des feuilles à l’air chaud et froid pendant une quinzaine d’heures.
  • Le roulage : les feuilles s’enroulent sur elles-mêmes en passant dans des rouleaux, sans être écrasées.
  • La fermentation : pendant quelques heures, les feuilles fermentent dans une atmosphère fraîche et humide, développant alors les arômes qui les caractérisent.
  • Le séchage : une demi-heure d’exposition à de l’air chaud soufflé élimine presque totalement l’humidité résiduelle des feuilles, qui sont ainsi prêtes à l’emploi.


Préparer le thé Darjeeling

Le thé est toujours meilleur dans une théière simplement rincée entre chaque infusion, plutôt que dans une tasse ou une casserole. Comptez environ une cuillerée à café rase de feuilles par tasse, ajoutez de l’eau chaude, mais non bouillante, car elle éteindrait les arômes. 80 à 85 °C, c’est la température idéale. Laissez infuser 4 à 5 minutes avant de filtrer et de savourer.

Pour une dégustation au quotidien, Lipton vous propose des sachets mousseline de thé Darjeeling. Ils sont faciles à emporter ou à déguster chez vous. Pour préparer une tasse de 200 ml, il suffit de laisser le thé infuser pendant 2 à 3 minutes dans une eau à 100°C.

Prendre le temps de savourer une tasse de thé Darjeeling, c’est voyager à travers un monde de saveurs subtiles tout droit venues des brumes lumineuses de l’Himalaya...


Les 5 particularités du thé Darjeeling :

  • Une qualité supérieure garantie par une IGP ;
  • Une culture traditionnelle introduite en Inde au XIXe siècle ;
  • Quatre récoltes au fil des saisons, quatre nuances différentes ;
  • Une note de muscat frais ou plus mûr selon les saisons ;
  • Une réputation mondiale : le « champagne des thés ».